Rechercher
  • Niall Bickersteth

Du football à l'entreprise


Lundi 1er Avril, l’ancien entraîneur d’Arsenal, s’est livré au jeu de la scène pour donner les leçons de sa carrière d’entraîneur. Lui qui a été pendant 22 ans l’entraîneur d’Arsenal et détenant ainsi le record de longévité dans un club anglais, il a su donner les clés pour qu’une équipe et ses joueurs puissent se surpasser et devenir les meilleurs. Ces leçons qui se réfèrent au monde du football peuvent aussi s’appliquer au monde l’entreprise et au management des équipes. L’entraîneur rappelle que la communication est un élément essentiel pour qu’une équipe fonctionne, mais que celle-ci a aussi besoin d’un grand coach pour gagner.

La communication : Un élément essentiel pour un groupe

Durant sa conférence, l’ancien entraîneur rappelle que gérer un groupe n’est pas une chose facile et qu’il faut savoir parler avec chacun des membres de l’équipe en prenant en considération la personnalité de la personne face à nous.

De plus, les équipes de foot sont marquées par un changement d’effectif tous les ans ou presque et que les nationalités des joueurs sont multiples. Arsène Wenger affirme que la clé réside dans le fait que les joueurs se sentent bien intégrés. Lui-même réunissait les joueurs au début des saisons, pour qu’ils écrivent leur « constitution ». Une synthèse des constitutions était faite par les joueurs pour en obtenir une unique pour l’équipe. C’est ainsi que l’entraîneur a su faire régner l’ordre et le respect au sein de son équipe. Dans une entreprise, la même leçon s’applique. Les équipes et leurs managers doivent instaurer des règles de base pour qu’en cas de difficultés, celles-ci ne viennent pas semer le désordre et entraîner une fracturation de l’équipe.

L’autre problème de l’entraîneur était la communication entre les joueurs et le respect qu’il y avait entre eux. Dans un premier temps, ce dernier imposait que les conversations entre trois joueurs et de plus devaient être effectuées en anglais. Pour que l’intérêt personnel ne prenne pas le dessus sur l’intérêt collectif, Arsène Wenger mettait en avant et exclusivement l’intérêt du groupe pour que ses joueurs, même s'ils étaient ennemis en dehors du terrain, jouent comme des amis sur le terrain. C’est ainsi qu’une entreprise doit fonctionner. Si l’on veut une communication efficace et une équipe qui va au bout de ses projets, l’intérêt personnel des employés doit être mis de côté, même s’il reste important sur le plan du self-development mais non au niveau du team building.

Un grand coach : Un guide avec la foi en l’homme

«C’est un guide qui a une forme de confiance, de clarté et d’humilité. Il a foi en l’homme. Un bon entraîneur ne doit jamais fermer la porte à l’humain. ». Ainsi se prononçait Arsène Wenger sur la question de ce qu’était un grand coach. Comme pour une équipe de foot, le manager d’une entreprise doit savoir promouvoir les valeurs à ses équipes pour que chaque membre puisse s'intégrer. Il doit aussi faire en sorte que personne ne se sente exclu et que tout le monde prenne part à l’objectif commun. C’est de cette façon que le coach, comme il dit, « aura un impact sur le style de jeu et le résultat de son équipe ».

Pour l’entraîneur, un grand coach est aussi une personne qui sait gérer les imprévus. Pour lui, l’entraîneur doit savoir retourner l’imprévu en sa faveur pour gagner le prochain match. Il en est de même pour le chef d’entreprise ou le manager. Si l’on fait face à un imprévu et que l’on ne sait pas le gérer alors cela se retournera contre nous et il y aura une répercussion aussi envers les équipes. L’imprévu doit être une force et non être néfaste.

L’entraîneur et le dirigeant d’entreprise : un but identique

Si le monde du football est complètement distinct de celui de l’entreprise, certaines leçons peuvent s’appliquer aux deux mondes. Un entraîneur est d’une certaine façon un chef d’entreprise ou un manager, les problèmes sont différents, mais le but est le même : gagner avec son équipe.

Les leçons d’Arsène Wenger sont une véritable mine d’or pour le team building. Il a permis à Arsenal de devenir une équipe respectée internationalement tout en créant un collectif avec des valeurs, du respect et de la communication. Un exemple à suivre pour toutes les entreprises.


11 vues