Rechercher
  • MkL Consul't

Le regard des autres

Mis à jour : 13 déc. 2019


Le regard des autres, est-il plus important que le regard que vous portez sur votre vie, vos réalisations, vos objectifs ?

Le regard des autres a un impact décisif sur la manière dont nous nous percevons. Il influe sur notre jugement, et peut même le fausser si on lui accorde trop d’importance. Il est parfois difficile à assumer, et peut même être effrayant. Bien que notre société nous incite en permanence à ne pas s’en soucier, oublier le regard des autres semble plus facile à dire qu’à faire ! Mais pourquoi nous fait-il peur ? Et comment surmonter ses craintes ?

Ce post va me permettre de partager avec vous, 2 tranches de vie qui même si elles sont différentes dans leurs trajectoires, résument à elles-seules l'influence que peut avoir le regard de l'autre sur nos comportements et sur nos actions .

J'ai récemment échangé avec deux amis sur leur projet professionnel.

Il y a environ cinq ans, le premier décide de changer de métier. A l'époque, il occupe un poste de cadre dans une entreprise avec un salaire très confortable, des avantages variés et une sécurité dans l'emploi.

Ce changement d'orientation professionnelle a été motivé du fait qu'il était arrivé au bout d'un chapitre, il ne retirait plus de satisfaction, il ne mettait plus de sens dans les actions qu'il posait au quotidien, il s'ennuyait, il ressentait une souffrance qui commençait à s’installer de façon permanente .. Cela se traduisait par un sommeil perturbé, une tension au quotidien, de l'anxiété, du stress... Et surtout beaucoup d'incompréhension avec ses collaborateurs et sa hiérarchie... À partir du moment où il a décidé de changer de métier donc d'orientation, il est soutenu dans sa démarche par sa compagne. Mais en dehors de ce soutien, personne ne semble croire à son projet. Il m'explique que quand il en parle à sa famille, à ses amis, il ressent que personne n'y croit. Il est confronté à des questions du type " Tu vas quitter un boulot où tu gagnes très bien ta vie ! " " Ton nouveau job n'est pas commun, tu penses que ça va marcher ?" " Tu es sûr que tu veux créer ton entreprise, cela représente quand même beaucoup de risques !" " Et si ça ne marche pas !" " Tu as pensé à tes enfants !"... Un florilège de remarques et de constats qui ne renforcent pas forcément la confiance en soi, ni l'estime de soi.

Au-delà des remarques, il y a également les regards, les attitudes, les silences qui en disent long sur ce que pensent les personnes sur ses projets... Malgré cela, il a continué à y croire, il s'est installé... Aujourd'hui, son activité est pérenne, il est épanoui, heureux, mais les comportements autour de lui n'ont pas changé... Quand il parle de sa réussite avec fierté, il a peu de retour... On ne lui demande pas des précisions, ni des nouvelles sur ce qu'il réalise au quotidien...Il a même été sujet à des rumeurs, mettant en avant que son entreprise ne fonctionnait pas et qu'une fermeture était proche... Il m'a dit qu'il en avait que faire, car aujourd'hui, il avance sans se soucier du regard des autres.

Le second a pour projet lui aussi de créer son entreprise. Son job ne lui plaisant plus, il souhaite vivre de sa passion. Il décide donc de démissionner.

Il souhaite proposer un service novateur, qui a toutes les chances de réussir. Il décide de se former, investit dans du matériel, commence à prospecter afin de développer sa clientèle.

Son projet est cohérent et les services proposés sont à la hauteur des

besoins que pourraient avoir certaines entreprises ou certains particuliers.

Les premiers contacts et les feedbacks concernant son projet sont excellents. Malgré cela, les mois passent et toujours pas de signature de contrat. Il m'explique que le doute et la peur s'installe petit à petit, que le regard de ses proches et amis change...ceux qui le soutenait, sont tout à coup plus hésitant, moins positifs, et certainement plus dubitatifs sur le bien fondé de ce changement de vie.

Malheureusement, son projet ne se concrétise pas, il décide après 1 année de repartir vers le statut de salarié, et retrouve vite du travail dans le même champ d'intervention où il évoluait auparavant.

Quand il prend la décision de redevenir salarié, il m'explique que le manque de soutien, les inquiétudes de sa femme, de ses amis ont eu raison de son projet professionnel. Cette dernière mettant en avant l'aspect financier (remboursement des emprunts, le confort au quotidien, l'avenir des enfants, et j'en passe...). À force d'entendre les contraintes, il a finalement abandonné ce projet qui lui tenait tant à cœur, en se disant que ce n'était finalement pas une bonne idée.

Aujourd'hui, il m'explique qu'il n'est ni heureux, ni malheureux, mais qu'il vit avec des regrets. Il regrette de ne s'être pas donné plus de temps, mais surtout d'avoir trop pris en compte les remarques des autres. Depuis son retour en entreprise, il m'explique qu'il se rend à son travail en mode "pilotage automatique", sans plaisir et avec une absence de sens dans les actions qu'il mène au quotidien. Il conclut en me disant qu'il retentera sa chance, quand les enfants auront grandi...quand ce sera le bon moment.

Que retenir de ces deux histoires, que l'un a réussi et l'autre non...? Ce serait réducteur...

Parlons plutôt de l'influence que le regard des autres peut avoir sur les projets qui nous tiennent à cœur, sur les changements dans notre vie.

Avez-vous remarqué le temps que l’on peut passer à regarder et surtout à parler des autres.

Dès que l’on change quelque chose dans notre vie, tous les regards se braquent sur nous et les commentaires arrivent souvent plus vite que le changement en lui-même.

Ces commentaires sont souvent négatifs, ou plein de jalousie ou d’envie. Et si quelqu’un obtient du succès quelque part, alors le déchaînement est encore plus fort. Le succès déclenche la suspicion, ce n’est pas normal de réussir ou alors c’est le résultat de choses malhonnêtes ou le bénéfice d’un piston, de la chance.

La plupart des gens, pour éviter les regards critiques, les réflexions désagréables ou autres allégations, font leurs choix en fonction de ce que les autres vont penser. Qu’est-ce que va dire mon père ? Ma femme ? Ou encore comment vont réagir les voisins, mes amis en voyant cela ? Je ne veux pas devenir chef pour ne pas être critiqué par mes collègues.

Le regard des autres peut devenir prépondérant sur nos propres choix, ils peuvent nous influencer au point de vivre une vie qui ne nous ressemble pas. Combien de personnes sont dans cette situation ? Peut-être de façon inconsciente pour la grande majorité, mais ce qui est sûr, c’est que peu de personnes s‘aperçoivent par elles-mêmes qu’elles sont comme cela.

Si vous aspirez à vouloir réaliser vos rêves, sachez que votre route sera pavée des «bonnes intentions » des autres.

Ce n’est pas facile de briller, de réaliser de belles et grandes choses.

Il y aura toujours quelqu’un pour vous ramener un peu plus bas, là où il n’y a aucune menace et où on ne dérange personne.

Pour certains, la réussite est insupportable, ils sont en mode " résistance", car cela les ramène bien souvent à leur propre existence. Pourquoi lui et pourquoi pas moi ? Souvenez-vous du dernier repas de famille, des apéros entre amis, des discussions au bureau et vous verrez, les exemples où l'on dénigre la réussite des autres sont nombreux.

On peut alors se sentir coupable de réussir, combien d’entre vous se sont auto-saboter pour ne pas vexer ou contrarier certaines personnes? pour faire comme on doit faire, car c'est la règle, la norme.

Et si on visait plus bas pour ne pas faire trop de vent ?

La réussite est intéressante à étudier. La grande majorité la désire, court après et vise les plus hauts sommets. Les motivations sont diverses : liberté, argent, paix intérieure, vivre le moment présent, la reconnaissance, bonheur, etc,…

Et pour vous qu’en est-il ? Chacun a parfaitement le droit de définir sa propre réussite, d’aspirer à une certaine vie, c’est légitime. Et certains au lieu d’être heureux et accompli, passent leur temps et leur énergie à critiquer.

On trouvera toujours des détracteurs qui ont la langue bien pendue et qui se font une joie de chercher à démolir, au lieu de construire leur propre réussite et celle des autres. Je suis convaincu que ces gens sont en fait malheureux. Ils souffrent de leur propre réalité, de ne pas avoir eu l’audace, la persévérance ou le courage de réaliser leurs rêves et construire leur propre succès.

Cet état de faiblesse est difficile à s’avouer à soi-même, je le comprends bien.

On devrait se réjouir du succès d’autrui, s’en inspirer et se dire « s’il l’a accompli alors je peux aussi le faire », prendre conscience que la lumière qui éclaire les uns éclaire aussi les autres, que l’on peut se dire « pourquoi pas moi !»

La réussite n’a rien de mystique ou de spécial. C’est tout simplement le résultat d’actions bien ciblées et dirigées dans le sens de nos rêves. Finalement, ce qui important, c'est votre attitude, comment vous "êtes" face aux circonstances.

Souvent, les personnes me demandent comment savoir s'ils ont avancé, alors je leur réponds très simplement : "regardez comment vous êtes dans votre vie" "qu'est-ce que vous voulez faire de votre vie ?".

Il ne suffit pas d'avoir des idées, de se croire plus important ou plus réalisé (tout cela n'est que de l'orgueil), de s'extasier, d'avoir vécu des instants de félicité...tout cela n'est que passager et éphémère... Ce qui compte, c'est ce que vous faites de votre vie!!! Pensez-y car personne au fond personne ne vous juge à part vous-même...parce que si vous vous sentez jugé c'est parce que vous avez d'abord une attitude jugeante à votre propre égard...le jugement d'autrui n'est qu'une appréciation toute personnelle de leur réalité mais pas de la vôtre. En résumé : gardez votre énergie pour rendre votre vie constructive en atteignant vos objectifs, vos buts. Devenir, ce n'est jamais imité, ni faire comme, ni se conformer à un modèle...ce qui compte dans un chemin, ce qui compte dans une ligne, c'est toujours le milieu, pas le début ni la fin. Alors quand un proche, un ami, un collègue ont un projet, le plus important est d'écouter ce qu'ils ont à dire et d'essayer de les traiter en conséquence, sans confondre leur vision de la réalité et la sienne. (cf l'article sur les croyances).


0 vue